Le marquage des vélos complets

une mesure efficace contre le vol

Le vélo est un objet que l’on convoitise... un peu trop ! Certains modèles, comme les vélos à assistance électrique et les hauts de gamme, sont onéreux et demandent d’un investissement budgétaire non négligeable. Et ça, tout le monde le sait ! C’est pourquoi les propriétaires se sentent souvent contraints, voire apeurés d’enfourcher leur machine n’importe quand, n’importe où et n’importe comment. L’inquiétude face au risque de vol n’est jamais trop loin, malheureusement.

D’autres vélos ne sont pas flambants neufs, ni à la pointe de la technologie, ni montés avec des composants dernier cri, mais ils ont pour autant beaucoup valeur, cette fois-ci sentimentale. Le vélo 16" avec lequel on a découvert la pratique à l’âge de 6 ans et que l’on rêve de transmettre à nos enfants, le premier VTT tout-suspendu que l’on a pu s’acheter après avoir épargné les premiers salaires, ce Bianchi collector hérité du grand-père, le vélo de ville rétro déniché lors d’une brocante que l’on a retapé soi-même pour lui conférer son style vintage unique que l’on adore tant...

 

400 000vols / an

52 %dans le domaine public

48 %dans l'habitat privé

Pour tous les passionnés et propriétaires de vélos l’appréhension face au vol est bel et bien réelle, à tel point que celle-ci est devenue non seulement un frein à la pratique, mais également au développement de l’usage du vélo.
Selon une étude réalisée par la Fédération des usagers de la bicyclette (FUB), 400.000 vols de cycles ont lieu en France chaque année, dont la majorité sont des vélos de ville attachés avec un antivol de faible qualité. Ces vols ont lieu par tout : autant dans le domaine public (parcs, trottoirs, gares...) à 52% que dans les habitats privés (cours d’immeubles, local vélo fermé, garages, box...) à 48%.
Source : Impact économique et potentiel de développement des usages du vélo en France 2020.

 

Près d’un quart des cyclistes ayant été victimes de vol renoncent à le déclarer auprès d’un commissariat, découragés par la faible probabilité que cela porte de fruits, et ont tendance à ne pas racheter de vélo ou bien à descendre en gamme.

 

Environ 150.000 cycles par an (40 %) sont retrouvés abandonnés. Par contre, seulement 3 % parviennent à être restitués en raison de l’impossibilité à identifier et vérifier le propriétaire.
Source : FUB

 

Différents dispositifs pour sécuriser les bicyclettes sont disponibles sur le marché : notamment des antivols de plus en plus performants et efficaces (comme les antivols en U ou les chaînes avec armure qui offrent des niveaux de sécurité de plus en plus élevés) ; et des assurances vélo spécifiques qui peuvent s’avérer très utiles non seulement en cas de dommages suite à un accident, à une chute ou casse du vélo, mais aussi pour se voir rembourser une partie du prix d’achat en cas de perte ou de vol.

Cependant, ces mesures étaient encore insuffisantes pour y remédier concrètement et de manière durable. La Loi d’Orientation des Mobilités (LOM), votée en 2019, traduit un des engagements du Plan Vélo, celui d’instaurer le marquage obligatoire des cycles à partir de 2021.

 
 
 
 
 
 
 

Le marquage vélo une obligation nationale depuis le 1er janvier 2021

Cette directive, parue sur le décret nº 2020-1439 du 23 novembre 2020 au Journal officiel, est précisée par un arrêté publié le 29 décembre 2020.

 

Ayant pour objectif de mieux lutter contre les vols, le recel de vélo, le trafic ou la revente illicite des cycles, tous les vélos et VAE neufs (sauf les vélos pour enfants inférieurs à 16 pouces, les remorques et les trottinettes) vendus par un commerçant feront l’objet d’une identification obligatoire à partir du 1er janvier 2021. À partir du 1er juillet 2021 cette obligation sera également étendue aux ventes des vélos d’occasion réalisées par des professionnels.

 

À cet effet, la FUB et l’Union Sport et Cycle ont créé l’APIC (Association de Promotion et d’Identification des Cycles et de la Mobilité́ Active) qui sera désormais en charge de gérer le fichier national unique des cycles identifiés (FNUCI), dont le traitement automatisé des données respecte les conditions prévues par la loi du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés.

 

Plusieurs organismes proposant des solutions de marquage sont agréés par l’État, à savoir :

Plusieurs organismes proposant des solutions de marquage sont agréés par l’État, à savoir :

 
Bicycode

Bicycode

Crée par la FUB en 2004, l’un des précurseurs dans le domaine, avec une étiquette autocollante.

 
Auvray

Auvray et le système Speed Marking par gravage.

Cette protection consiste à graver sur 2 ou 3 emplacements du vélo (cadre, batterie, moteur...) le numéro d’identification. Ce gravage par impulsion assure une certaine qualité esthétique, mais est à éviter sur les cadres fragiles, notamment ceux en carbone.

 
Recobike

Recobike

Ce système encapsule l’insert de sécurité (marquage) dans une couche de résine haute performance, grâce à un procédé d’injection, qui ne prend que quelques minutes. Cette technique permet de souder chimiquement le marquage antivol sur le cadre de votre vélo.

 
Paravol

Paravol

Un sticker en acrylate et à la gravure laser, inviolable. Ce sticker présente un QR Code qui renvoie sur la fiche du vélo hébergée sur Paravol.org. En cas d’achat ou de vélo trouvé, il suffira de scanner ce QR code pour avoir accès à l’attestation de propriété infalsifiable qui indique son statut (volé / perdu / non volé) et qui alertera le propriétaire ou Paravol pour mener à bien la restitution.

 
 

Vélo enregistré, cycliste propriétaire rassuré et protégé !

Nous entendons déjà d’ici vos questions : ”Un marquage sur mon vélo, c’est-à-dire ?
Quel type de marquage ?
Et où va se trouver plus précisément ?“

Et aussi vos remarques : ”En fait, mon nouveau vélo ne va pas aimer et moi non plus, désolé ! Ma monture me plaît comme ça : sobre, épurée. Hors de question de venir lui rajouter un sticker de couleur en plein milieu du cadre...“

Pourtant, si malheur arrive et que votre vélo préféré venait à être dérobé, vous voudriez à tout prix qu’on le retrouve rapidement et que l’on vous le ramène sain et sauf, n’est-ce pas ?

 

Alors, même si le marquage demande de faire des concessions sur l’esthétique du cadre, ayez en tête qu’un vélo marqué est un vélo enregistré sur un fichier national. Ce qui veut dire que c’est donc un vélo qui pourra être restitué rapidement après un vol, mais aussi revendu en bonne et due forme grâce à une attestation de propriété officielle.
L’identification d’un vélo par le marquage est rassurante pour le cycliste ; et a également un grand effet dissuasif puisque les voleurs auront de plus en plus de mal à les revendre à l’avenir. Et les chiffres parlent d’elles-mêmes : l’identification du vélo réduit de 30% le risque de vol !


Comment ça marche ?

Comment fonctionne le marquage ?

Pour lutter contre ce véritable fléau qui est le vol de vélos, le marquage sert à associer le vélo à son propriétaire, à travers un numéro unique et standardisé, référencé par le commerçant dans un fichier national (FNUCI), accessible en ligne, et aussi à travers les plateformes propriétaires de chaque opérateur agrée.

 

En cas de récupération par les forces de l’ordre, par une collectivité locale ou même par un particulier, le propriétaire du vélo en question pourra être contacté et le vélo lui sera ainsi remis.
Lors de l’achat d’un vélo d’occasion, transactions qui se font majoritairement de particulier à particulier, l’acheteur pourra aussi vérifier si le cycle n’est pas volé, évitant de se transformer sans le savoir en complice de recel.

Comment est identifié le vélo ?

Tout d’abord, le procédé de marquage doit garantir sa permanence et son inaltérabilité.
L’identifiant, composé de caractères alphanumériques, est placé sur le cadre (sauf circonstances particulières) et doit être facilement lisible sur un cycle en stationnement, voire même en utilisation. Une sorte d’immatriculation pour vélo mais en plus discret !

 

Le coût de l’identification vélo est souvent à la charge du client, même si parfois il peut être pris en charge par le vendeur, et variera en fonction de la solution de marquage agrée choisie (Bicycode, Paravol, Recobike...).

 

Les données du vélo (notamment, le numéro de série) et du propriétaire (nom, prénom...) sont enregistrées, sur la facture d’achat et sur la plateforme de l’opérateur agrée, par le commerçant au moment de la vente du vélo neuf. L’opérateur agrée doit ensuite transmettre au nouveau propriétaire ses codes d’accès. Ainsi, celui-ci pourra se connecter et compléter, s’il le souhaite, les informations de son profil ou ajouter des photos de son vélo ; ou bien les mettre à jour en cas de besoin (perte, revente).

Quant à eux, les opérateurs agrées remontent en permanence les informations à l’APIC, qui les enregistre sur le fichier national qu’elle gère. Le vélo sera, par conséquent, identifiable et restituable à vie. Le rôle de l’APIC est de faciliter la déclaration de perte ou vol et la récupération du vélo, à travers sa plateforme digitale de centralisation des informations.

 

Ce fichier national unique de cycles identifiés n’est autre qu’une base de données contenant :

  • des données à caractère personnel du propriétaire du vélo (nom et prénom ou raison sociale, téléphone, adresse électronique) et certaines données facultatives (date de naissance, ...)
  • les données décrivant le cycle et son statut (en service, volé/perdu, hors d'usage/détruit, en recherche de propriétaire, en vente, sortie d'atelier) et des données facultatives sur le vélo (numéro de série de la batterie, du moteur, photos...).
 

Ces données sont accessibles aux :

  • Forces de police, de gendarmerie et les services des douanes ;
  • Agents de police municipale, les gardes champêtres, ainsi que les agents municipaux affectés au service des objets trouvés, habilités par les maires de leur commune ;
  • Personnes, services ou organismes qui contribuent à l'identification des cycles ;
  • Fourrières ;
  • Directeur d'administration centrale chargé des transports et de la mobilité ou ses délégués.
 

Les données figurant dans le fichier national unique ne sont pas utilisables à des fins commerciales mais peuvent donner lieu à une exploitation statistique.

Le marquage
chez Probikeshop

Probikeshop s’est associé à l’opérateur PARAVOL, qui a reçu l’avis favorable à la demande d’agrément par le Ministère de la Transition Écologique et l’APIC en février 2021.

 

Le sticker Paravol, solution choisie par Probikeshop, est un moyen simple d’identifier un vélo sans intervention extérieure. Il est sans risque pour le vélo car son utilisation n’implique aucun traitement physique ou chimique sur le cadre.

 

Ce sticker d’une dimension très réduite (seulement 50x22 mm) est particulièrement résistant à l’arrachage, aux UV et aux intempéries du fait de sa matière (acrylate) et de son gravage vélo au laser.

 

Les questions fréquentes

  • Où sera placé le marquage ?

    La pose du sticker se fait directement sur le cadre. Nos techniciens et monteurs expert vélos ont pour consigne de faire tout leur possible afin de respecter l’esthétique du vélo ; tout en laissant le marquage bien visible pour une identification rapide.

    Le sticker sera posé sur l’arrière du tube de selle de manière systématique.
    Lorsque ce n’est pas possible (cas exceptionnel), il sera posé sur la partie avant de ce même tube de selle.

  • Combien va me coûter le marquage ?

    Pour vous, le marquage est gratuit ! Probikeshop a décidé de vous offrir ce service pour accompagner le lancement de cette mesure nationale.

  • Où puis-je trouver mes informations ?

    Votre attestation de propriété et vos identifiants pour vous connecter vous seront envoyés par mail par Paravol. Vous pourrez, quand et si vous le souhaitez, vous connecter afin de compléter ou modifier les données relatives à votre vélo (statut, photos…) ou à vous-même (changement d’adresse…).

    Toute la documentation relative à votre vélo reste à votre disposition, pour consultation et téléchargement dans votre espace personnel sur le site paravol.org.

    L’attestation de propriété est infalsifiable car elle inclut la photo du vélo et le QR Code du bien, contrôlable par scan sur le site Paravol. Cette attestation est un justificatif de propriété officiel, elle sera nécessaire lors de la revente de votre vélo, ou aussi en cas de restitution, suite à vol ou perte.

  • Mon vélo est marqué, comment accéder à mon espace client ?

    Probikeshop vous a enregistré auprès de Paravol à l'aide des informations que vous avez fournies lors de votre commande. Paravol, notre opérateur agrée, se charge de vous faire parvenir par mail toutes les informations nécessaires et un lien de connexion pour vous connecter à votre profil. Pensez à regarder vos spams si vous ne retrouvez pas le mail dans votre boîte de réception !

    Si jamais vous avez perdu le mot de passe, ne vous inquiétez pas. Vous pouvez le réinitialiser quand vous le souhaitez. Si vous pensez que votre adresse mail est incorrecte, pas de panique non plus ! Envoyez un mail à contact@paravol.org.

  • J'ai un marquage Paravol que je n'arrive pas à activer, que dois-je faire ?

    Probikeshop vous a surement déjà identifié. Vérifiez que vous n'avez pas de compte en réinitialisant votre mot de passe. Il peut arriver que votre marquage ne soit pas encore activé. Dans ce cas, vous pouvez envoyer un mail à contact@paravol.org en précisant votre code et le nom du commerçant (Probikeshop) afin qu’ils puissent faire le nécessaire.

  • Que faire en cas de vol ?

    Si vous avez été victime d’un vol, agissez sans attendre. Connectez-vous directement à votre compte Paravol et faites la déclaration de vol, en mettant à jour le statut. Simple, rapide et efficace !

    Paravol a mis en place la première base nationale associant le numéro de série d'un vélo à son propriétaire, consultable par la communauté, tout en protégeant l'anonymat. Cette base permet d’accélérer la restitution avec l'aide de la communauté.

  • Mon vélo a été retrouvé ! Comment se passe sa restitution ?

    Dans le cas où la bicyclette est retrouvée et identifiée, Paravol se chargera de contacter le propriétaire pour organiser la restitution du vélo, le plus simplement possible.

    En fonction des cas, le vélo est remis en main propre chez son propriétaire, ou bien à travers un partenaire Paravol.

    Les coûts de rapatriement sont pris en charge par Paravol à hauteur de 50 € maximum.

  • Et cas de vente ou changement de propriétaire, comment procéder ?

    En cas de revente entre particuliers, le propriétaire se doit de faire la déclaration auprès de l'opérateur agréé ayant fourni l'identifiant, et de communiquer à l'acquéreur les informations permettant d'accéder au fichier pour qu'il puisse y enregistrer ses nouvelles données personnelles.

  • Que faire en cas de recyclage ou destruction du vélo ?

    Lorsqu'un propriétaire se sépare définitivement de son cycle, il se doit de faire la déclaration à l'opérateur agréé lui ayant fourni l'identifiant. Celui-ci effacera alors de manière sécurisée ses données personnelles dans un délai de 24 heures.

Merci de patienter