ROUTE - Freinage > Freins

Frein à patin ou frein à disque ?

Depuis longtemps devenu LE système de frein de référence en VTT, les freins à disque commencent aujourd’hui doucement à faire leur entrée dans le domaine de la route.

 

 

Jusqu’à présent, la conception et les caractéristiques d’un vélo de route ne permettaient pas d’envisager une compatibilité avec les systèmes à disque. Il fallait donc se contenter de freins à patins, qui peuvent provoquer un important échauffement des jantes lors de freinages importants, et afficher des performances hasardeuses sous conditions humides, notamment pour les modèles en carbone.

Aidés par la démocratisation des nouveaux procédés de fabrication et l’apparition de nouveaux standards (axes de roue traversants, étriers de frein flat mount, leviers hydrauliques moins volumineux…), les fabricants ont revu leur copie et proposent donc désormais des vélos avec système de freins à disque, même si nous n’en sommes qu’aux prémices, y compris au plus haut niveau où très peu de coureurs pros ont déjà franchi le pas.

 
 

Offrant à la fois une grande puissance et une modulation optimale de freinage, les freins à disque permettent de conserver d’excellentes performances de freinage sous toutes conditions ou type de route limitent l’usure et l’échauffement du couple jante/patin et de supprimer les problèmes de câbles qui s’oxydent ou se grippent. De plus, avec une jante libérée des contraintes de bande de freinage, les freins à disque permettent d’obtenir des roues plus légères et plus dynamiques. Il faut cependant tempérer ce gain de poids pour l’ensemble du vélo, celui-ci étant largement compensé par le poids supplémentaire des disques, des durites, des étriers et des leviers. Au total, les systèmes de freins à disque aboutissent donc à un surpoids par rapport à un système classique à patins et à un coût globalement plus élevé.

 

Si vous recherchez un système garantissant une fiabilité totale quelles que soient les circonstances, les freins à disque représentent la solution idéale. Ils combleront également les adeptes de montagne ayant besoin d’’une grande puissance de freinage sans risque de surchauffe ainsi que les coureurs alternant roue aluminium et roue carbone puisqu’il n’y a plus à changer les plaquettes systématiquement lorsque vous passez de l’une à l’autre.

Si vous cherchez le système le plus économique (pour l’entrée de gamme) ou la plus grande légèreté possible (pour le haute de gamme), les freins à patins continuent de représenter la solution idéale.

 

Merci de patienter