Comment l'électrostimulation peut être bénéfique pour les cyclistes ?

La pratique du vélo est synonyme de sport, de performance et de dépassement de soi. Pour aller toujours plus loin et pour progresser, travailler l’endurance et la force des muscles est fondamental. Les sportifs pros, dont les cyclistes, mais aussi de plus en plus d’amateurs, ont recours aux appareils d’électrostimulation non seulement pour se préparer avant les épreuves, mais également pour faciliter la récupération après les entraînements et les compétitions. Ces dispositifs sont aussi utilisés pour la prévention et le soulagement de certaines blessures.

Envie d’en savoir plus ?

Nous vous présentons tous leurs avantages. Et regardez bien, ils sont nombreux !

Comment fonctionne l’électrostimulation ?

Quand nous contractons un muscle de manière naturelle, notre cerveau envoie une impulsion électrique via notre système nerveux jusqu’au muscle. L’appareil de l’électrostimulation reproduit ce fonctionnement et envoie un courant électrique, via les électrodes placées sur les zones à traiter, jusqu’au nerf moteur situé dans le muscle. C’est ce courant artificiel qui provoque la contraction.


Ces appareils proposent différents niveaux de fréquences*, d’une durée et d’une intensité variables, permettant ainsi de stimuler les fibres musculaires lentes ou rapides.


Les fibres musculaires lentes (type I) sont sollicitées lors de la pratique des sports d’endurance, avec des contractions musculaires d’une longue durée. En Route ou en VTT, l’endurance est primordiale pour les longues distances et pour affronter les grands dénivelés positifs.


Les fibres musculaires rapides (type II) quant à elles sont utilisées pour des mouvements de force et de puissance rapides. Dans les sprints, les relances en cyclisme ou les passages techniques en VTT, ces fibres sont fortement mises à contribution.

Pourquoi utiliser l’électrostimulation ?

De par les programmes pouvant cibler des muscles spécifiques pour un entraînement efficace des différentes parties du corps, et leurs multiples avantages, à savoir : le gain de temps, la possibilité de réaliser des sessions de travail musculaire intense, la simplicité d’utilisation, et la facilité de transport de l’appareil, l’électrostimulation est, sans nul doute, le complément idéal d’une activité physique comme le vélo.


À continuation, nous vous expliquons comment elle peut vous être bénéfique, mais aussi quelles sont les éventuelles contre-indications à prendre en considération :

L’électrostimulation dans la préparation physique

 

Quand il s’agit d’améliorer la préparation physique, les appareils d’électrostimulation proposent différents programmes pour optimiser la force musculaire, l’endurance, la résistance, l’explosivité et bien d’autres plus spécifiques.


Ces différents programmes vont vous permettre de travailler en fonction de vos objectifs. Par exemple : un cycliste adepte des longues distances cherchera à développer son endurance et sa résistance sur les quadriceps, les mollets et les ischio-jambiers ; tandis qu’un sprinteur en Route ou des pratiquants de VTT Enduro/Descente chercheront à développer leur explosivité et force. Pour les athlètes de haut niveau, tous les niveaux de programmes sont nécessaires afin d’optimiser les performances globales en compétition.


L’endurance et la résistance se travaillent avec des programmes dont les fréquences sont comprises entre 10 et 70 Hz, avec un nombre de cycles élevés et une durée de repos faible. Lorsque l’on a pour objectif de travailler la force et l’explosivité, la fréquence des programmes sera d’entre 75 et 120 Hz, avec un nombre de cycles courts, et une durée de repos supérieure.


Des programmes d’échauffements sont aussi préconisés pour préparer les muscles juste avant une compétition. Ils permettent d’augmenter de façon significative le débit sanguin et la capillarisation*. Une amélioration de la VO2Max* est aussi prouvée scientifiquement pendant ces séances de préparation.


Sur le vélo, la partie haute du corps (notamment la ceinture abdominale , les épaules et les bras) est aussi sollicitée. Elle joue un rôle clé dans la posture qu’adopte le cycliste, influant énormément sur le ressenti et les sensations pendant le roulage. Il est donc important de gainer cette partie pour renforcer ces muscles, afin de profiter de la sortie sans douleurs et prévenir des éventuelles blessures.


Des plans de préparations spécifiques au cyclisme existent chez certaines marques comme Compex. La marque propose des séances et des programmes dédiés, à suivre quelques semaines avant une compétition, selon le rythme d’entraînement du cycliste.

Optimiser la récupération grâce à l’électrostimulation

 

La pratique du vélo met le corps à rude épreuve, notamment lors des compétitions ou entraînements intensifs. La planification et la répétition bien conduite des sessions d’entraînement, respectant des délais de récupération suffisants, vont permettre au sportif d’atteindre progressivement son niveau optimal de performance. Pour ce faire, il est donc essentiel de penser à bien soulager et relaxer les muscles après l’effort ; et à diminuer les courbatures.


Les programmes spécifiques destinés à la récupération favorisent et accélèrent ce processus, en permettant de mieux drainer les toxines, d’améliorer la circulation sanguine, de réduire les tensions musculaires et en améliorant aussi la tonicité. Le but premier de ces programmes est d’obtenir un meilleur retour sanguin et de détendre les muscles avec des stimulus électriques de faible intensité.


Les programmes de massage, quant à eux, permettent de lutter contre les sensations de fatigue et de générer un effet relaxant.


Ces séances sont souvent courtes et peu contraignantes, elles sont donc faciles à réaliser à la maison ou à l’extérieur. Ces programmes s’effectuent entre 1h et 3h après l’effort pour des résultats probants. Il est aussi important de maintenir une bonne hydratation, un régime alimentaire équilibré et associer de techniques classiques d’étirements.

L’électrostimulation et le soulagement des blessures

 

Comme dans tous les sports, le cyclisme peut être à l’origine de certaines douleurs articulaires, ligamentaires et musculaires. Les douleurs de la région lombaire (lombalgie, d’origine vertébrale) sont les plus fréquentes et touchent une large partie des pratiquants du vélo.


D’autres traumatismes situés dans les cervicales peuvent aussi apparaître dû à la position en hyper extension sur le vélo, tout comme les tendinites (inflammation d’un tendon qui provoque des maux importants) au talon d’Achille ou autres tendons, et qui peuvent devenir chronique si on ne leur accorde pas les soins nécessaires.


Les courbatures – résultat d’une sollicitation inhabituelle d’un muscle– sont fréquentes en début de préparation ; et la sensation d’avoir les jambes lourdes est aussi un symptôme récurrent pour les cyclistes.

L’électrostimulation propose des programmes pour le soulagement et la prévention de ces blessures ou sensations d’inconfort après l’effort. Ceux-ci sont un bon complément pour accélérer le travail sur les endroits concernés. Ce type de stimulation ne provoque aucune fatigue musculaire et peut-être appliqué de façon répétée et prolongée plusieurs fois dans la journée. D’ailleurs, il est bon de rappeler que ces outils sont souvent utilisés en kinésithérapie lors d’une rééducation ou après une immobilisation prolongée.


De plus, la grande majorité des appareils proposent l’électrostimulation par TENS (neurostimulation électrique transcutanée) permettant de bloquer l’envoi de l’information concernant la douleur au cerveau par la libération de substances antidouleur comme les endorphines.

Quelques contre-indications à connaître avant de se lancer

Malgré les multiples bénéfices, l’électrostimulation n’est pas adaptée pour toutes les personnes. Il existe certaines contre-indications à connaître et respecter avant de commencer à utiliser un dispositif d’électrostimulation.

Ces appareils ne sont pas indiqués pour les personnes :


  • Dotées d’un appareil électronique implanté de type Pacemaker
  • Souffrant des cardiopathies sur la zone thoracique notamment
  • Souffrant de crises d’épilepsie
  • Souffrant de phlébites, d'états fébriles, de thrombophlébites
  • Anxieuses
  • Diagnostiquées de maladies graves
  • Souffrant des infections
  • Souffrant des problèmes d’hernies inguinales ou abdominales
  • Souffrant des troubles artériels importants
  • Femmes enceintes

N’hésitez pas à consulter votre médecin en cas de doute, et prenez le temps de lire le manuel d’utilisation avant de démarrer l’usage.

Comment choisir mon électro stimulateur ?

Vous l’aurez compris : que vous soyez un sportif amateur ou un compétiteur acharné, l’électrostimulation est là pour vous apporter un vrai soutien, dans toutes les étapes de votre pratique du vélo, avec de nombreux bienfaits, selon vos objectifs et besoins.

Au moment de choisir, pensez à ces critères :

  • Nombre de programmes proposés
  • Adaptabilité à vos objectifs : entraînement, récupération, traitement des blessures...
  • Électrodes avec ou sans fil (confort d’utilisation)
  • Transfert et téléchargement de données / objectifs
  • Puissance
  • Type de batterie et durée moyenne de celle-ci

Il existe aussi des électro stimulateurs dédiés au Fitness dont le but est purement esthétique avec des programmes pour raffermir et sculpter des muscles ou pour de la remise en forme.


Vous voulez en savoir plus ? Regardez notre RAVITALK "Vélo de route, c'est l'heure de la reprise !" avec la participation de Sophie MOIRET de Compex France sur notre chaîne Youtube.

Merci de patienter