Comment choisir une selle de vélo pour femme ?

Qui n'a jamais vécu une sortie vélo inconfortable, voire douloureuse ? Au même titre que le réglage de la position, bien choisir sa la selle est primordial pour vous garantir des sorties agréables et sans souffrir. Que ce soit pour une pratique urbaine, pour la route ou bien le VTT, il vous faudra trouver le modèle femme le mieux adapté à votre anatomie. Mais pas évident de se repérer parmi toutes ces références, bien souvent développées pour les hommes . Bien heureusement, des modèles spécifiques pour les femmes ou mixtes existent. Ici, nous allons vous aider à y voir plus clair.

Les standards

  • Le profil : arrondie, plate, semi-arrondie
  • Le canal central : sans, évidé ou ajouré
  • La largeur, longueur
  • La matière de l'assise et des rails

Les types de selles

Il est important de rappeler qu’il n’est pas possible de vous affirmer qu’un modèle en particulier vous ira forcément. Seul un essai sur plusieurs sorties de différentes durées avec différents réglages permettent de valider un modèle. Cependant, voici ce qu’il ressort généralement autant du côté utilisateurs que des fabricants.

 

On peut classer les selles pour femme sous trois types de formes :

Arrondie

Généralement appréciée pour les longues distances et par les cyclos à la recherche de confort. Le poids est souvent mieux réparti, et la forme limite les échauffements à la longue.

Plate

Conçue pour de la courte distance et/ou effort intensif. Apprécié pour les courses nécessitant donc des changements de positions réguliers..

Semi-arrondie

Afin de proposer des modèles de selles polyvalents, on retrouve souvent une forme intermédiaire entre arrondie et plate.

 

Le canal central

Pour limiter les efforts sur la zone du périnée, certaines selles peuvent disposer d’un canal sur la partie centrale de la selle. Ce canal peut être simplement évidé a pour diminuer la pression, voire complément ajouré b pour la supprimer à cet endroit. De par la morphologie féminine, les femmes sont plus sujettes à subir la pression du corps. Ces frottements et cette pression peuvent facilement entraîner des douleurs.

 

Largeur et longueur

La largeur

Le choix de la largeur de selle est souvent fait en fonction de deux caractéristiques, à savoir : la taille de votre bassin et votre position sur le vélo. Idéalement, il faut que la pression s'exerce au maximum sur les os du bassin, appelés ischions. Notamment dans la pratique vélo de route et VTT, ceci est parfois difficile à respecter de par la position sportive, il est donc primordial d’opter pour une selle spécifique afin de limiter la pression excessive ou des frottements trop répétés.


L'anatomie féminine présente des ischions plus écartés que chez l’homme. Les modèles de selles adaptés seront donc naturellement plus larges. Avec une selle homme, il y a de fortes chances pour que les deux ischions se retrouvent à l’extérieur de la selle. Tout le poids de la cycliste reposera alors sur le périnée. À noter que les selles femme sont également moins longues que les selles hommes, toujours en raison de l'anatomie du bassin.


La position sur le vélo va aussi influer sur la largeur de selle. La répartition de votre poids entre la selle, le guidon et les pédales est différente selon si vous adoptez une position sportive où le poids est plus sur l’avant ou une position plus redressée où le poids est plus supporté par les ischions.


La largeur de votre bassin détermine les points d'appuis de vos ischions avec la selle. La largeur de selle varie entre 135 mm et 165 mm.



La longueur

Toujours en raison de la forme du bassin, les selles femme sont souvent plus courtes que les modèles homme. Les selles courtes (d’une longueur inférieure à 250 mm), de plus en plus utilisées en vélo de route, Gravel ou VTT, permettent de trouver une position plus rapidement et disposent d’un dégagement supérieur en se mettant sur l'arrière du vélo dans le cas d'une forte descente. De plus, en danseuse la selle courte vient moins frotter les cuisses.

 

Les selles longues (d’une longueur supérieure à 250 mm), sont idéales pour des sorties où la position est peu sollicitée comme le Triathlon ou le vélo de compétition.

 

Les matières et les rails

Les matières


On retrouve différentes matières pour le revêtement. Si le plastique offre un confort tout relatif, la mousse à mémoire de forme s'adapte en revanche plus efficacement à votre anatomie. C'est le cas également des modèles en cuir qui imprimeront la forme de vos ischions au fil des kilomètres. Le gel a quant à lui une excellente réputation pour amortir les chocs. Il faudra néanmoins veiller à ne pas choisir une selle trop molle. Si les ischions s’enfoncent trop profondément dans le gel, la pression s’effectuera aussi sur les tissus mous sensibles. Avec ou sans gel, la selle idéale ne doit être ni trop rigide, ni trop molle.


Pour finir, il n'est pas rare de retrouver un même modèle de selle proposé avec différentes matières de rails. En dehors du gain de poids, la matière apportera aussi plus ou moins de confort, mais attention, ceci aura une répercussion sur le budget :

Les rails


Le rail acier est confortable mais c'est le moins léger des matériaux proposés.


Le rail aluminium est moins confortable que l'acier mais il est plus léger.


Le rail titane est le meilleur rapport confort/poids mais avec un budget supérieur.


Le rail carbone est le plus nerveux et le plus léger de tous.


Rappel : Chaque fabricant utilise des dénominations propres pour les alliages des matériaux des rails (ex. TiroX, Kium...) qui peuvent induire en erreur. Vérifiez donc bien avant de faire votre choix. Attention, les rails carbones sont couramment ovalisés et non ronds, ils nécessitent donc une tige de selle avec un chariot compatible.


Quelle selle choisir ?

Cela va en partie dépendre de votre pratique.

Sur un vélo de ville, la position est souvent très redressée et les points de contact se situeront essentiellement à l’arrière de la selle. La pression sera ainsi exercée sur les ischions (os du bassin). Une selle large sur la partie arrière sera donc toute indiquée.

Au contraire, le cyclisme sur route favorise une position portée sur l'avant de la selle avec un buste d'avantage penché sur le cintre. Une selle équipée d'un canal central évidé ou ajouré ainsi que d'un bec incliné vers le bas permettra donc de soulager la pression sur le périnée.

Enfin, pour le VTT, la position est relativement proche du vélo de route, bien que plus redressée. Il faudra donc veiller à conserver une bonne largeur d'assise tout en réduisant la pression exercée sur les tissus mous sensibles. La selle devra être également plus robuste pour encaisser les chocs liés au terrain.

En fonction de votre position sachez que plus vous êtes redressé, plus le poids sera réparti sur la selle. Dans ce cas, il est recommandé d'opter pour une selle un peu plus large. Mais, attention, une selle trop large peut gêner le mouvement de pédalage et provoquer des frottements à l'intérieur des cuisses à la longue. Si vous souffrez de douleurs au périnée, essayez une selle avec un canal central creusé ou évidé.

 
 

Merci de patienter